Les résidences

Devenu Fabrique de Culture (label de la région Ile-de-France) depuis juin 2014, le Plus Petit Cirque du Monde renforce progressivement son soutien à la recherche et à l’expérimentation artistique ainsi qu’aux talents émergents dans une interaction permanente entre actions locales et internationales. Résidences et interventions artistiques dans les territoires sont ici au coeur d’une démarche innovante à la fois artistique, citoyenne et économique.

esprit fabrique1
Un engagement sociétal et territorial pour répondre au défi de la démocratie culturelle

Une présence artistique régulière dans les territoires prioritaires

Citoyen et engagé, le PPCM est soucieux de partager sa responsabilité sociétale avec les artistes.

Être au cœur d’un quartier prioritaire n’est pas le fruit du hasard. Il s’agit bien d’une volonté pour redonner de la valeur à la démarche des artistes dans la complexité du monde d’aujourd’hui et installer le projet artistique dans une dynamique d’inclusion sociale. Outre leur démarche de création, les artistes en résidence sont fortement sollicités pour mener des actions artistiques et participer ainsi à l’éducation et à l’insertion socioculturelle des publics du territoire.

La Fabrique du plus petit cirque du monde développe des formes innovantes de présences artistiques dans les quartiers prioritaires fondées à la fois sur l’engagement des artistes dans la vie et les projets des territoires mais aussi sur l’implication et la participation des habitants.  Le plus petit cirque du monde mise sur le fait qu’une présence artistique régulière sur le territoire est susceptible de renforcer la mixité et les liens sociaux comme intergénérationnels.

Une approche participative dans les territoires prioritaires

L’ensemble des actions menées par le plus petit cirque du monde repose sur une démarche participative en territoire prioritaire au titre de la politique de la Ville. L’esprit de la Fabrique s’inscrit donc dans le sillage des actions culturelles à finalité d’inclusion mises en place depuis plus de 20 ans au sein du plus petit cirque du monde. Cette approche répond ainsi à sa manière au défi de la démocratisation de l’accès à la culture et aux pratiques artistiques.

A l’oeuvre sur notre territoire depuis octobre 2013 avec les projets Mouvement en chantier/Chantier en mouvement et Musique en chantier/Chantier en musique, plusieurs actions ont été proposées aux habitants du quartier : participation aux processus de création, à des ateliers de pratiques artistiques, à des évènements conviviaux, spectacles en accès libre, visites ludiques et artistiques du chantier, etc.

Ces projets ont accompagné la construction des nouveaux espaces avec l’ambition de créer un chantier vivant, en parfaite complicité avec l’équipe du cabinet d’architectes Construire (maître d’œuvre de l’équipement). Ce chantier a donc été un terrain d’expérimentation où les pratiques artistiques et culturelles étaient accessibles à tous.
Cet esprit de chantier a marqué durablement l’identité de la Fabrique du plus petit cirque du monde et colore dorénavant l’ensemble des projets de création accueillis.

L’accompagnement des artistes pour une insertion professionnelle durable

La Fabrique plus petit cirque du monde expérimente de nouveaux modèles de viabilité économique et sociétale des métiers d’artistes permettant d’assurer une insertion professionnelle durable.
A ce titre, la Fabrique favorise l’émergence de modèles d’incubation de collectifs d’artistes capables de s’adapter aux nouvelles réalités de la création artistique, aux mutations de la société dans un monde globalisé et de trouver leur place dans le développement des territoires prioritaires, au travers notamment d’actions et pratiques artistiques à finalité pédagogique et sociale. Dans cette même optique, le plus petit cirque du monde travaille au développement d’une formation en cirque social et en pratiques artistiques solidaires.

ligne artistique2
Rencontres entre pratique amateur et professionnelle, entre pédagogie et création artistique, entre émergence et expérience

L’orientation choisie pour la Fabrique du plus petit cirque du monde est celle d’un chantier pour la fabrication de nouvelles formes d’expression et de rapports innovants entre la création artistique, la société et la viabilité économique. Les projets artistiques mis en place sont alors l’occasion de rencontres entre pratiques amateur et professionnelle, entre pédagogie et création artistique, entre émergence et expérience.

Premier lieu en France et en Europe dédié aux cultures urbaines émergentes, le plus petit cirque du monde soutient les artistes émergents et la création contemporaine dans les domaines des arts du cirque, de la danse Hip-hop et des cultures urbaines

Principalement dédié aux arts du cirque, à la danse Hip-hop et aux cultures urbaines émergentes (parkour, slackline, double-dutch, foot ou basket free-style, BMX, tricking, etc.), le plus petit cirque du monde encourage l’émergence de formes contemporaines plurisdisciplinaires qui dialoguent avec d’autres arts tels que la musique, la vidéo, le théâtre ou l’écriture.

La Fabrique PPCM accorde en priorité son soutien aux talents émergents et aux jeunes artistes, collectifs ou compagnies issus des cultures urbaines, des danses Hip-hop et des arts du cirque. Elle encourage la création d’œuvres et de formes artistiques modulables ainsi que les approches qui combinent création et actions artistiques.

Une attention particulière est également portée en direction des artistes venant des régions prioritaires d’ici et d’ailleurs, dans la perspective de les accompagner de l’émergence à la professionnalisation. La Fabrique favorise aussi la collaboration entre créateurs confirmés et jeunes artistes.

Enfin, le plus petit cirque du monde encourage la mobilité internationale des artistes ainsi que le dialogue interculturel entre les jeunes des quartiers franciliens multiethniques et les artistes venus d’autres régions du monde.

Cette ligne artistique s’inscrit dans un esprit de diversité culturelle en écho à la multiculturalité des territoires prioritaires franciliens ou à celle de territoires éloignés et de constructions d’identités artistiques (par le croisement des disciplines) et de formes hybrides mêlant cirque, danse Hip-hop et cultures urbaines émergentes.